• Chantier médiéval du château de Guedelon - 1

     

    Bonjour !

     

    Nous étions de mariage le week-end dernier ! En Bourgogne, dans le Morvan exactement ... Du coup, remontant vers notre Normandie, nous nous sommes dit qu'une petite halte sur le parcours nous permettrait de visiter le château chantier médiéval de Guedelon ....

     

    Ah que voilà une bonne idée ! C'est super beau et intéressant !

     

    Construire à partir de rien un château type Philippe-Auguste en profitant du site : présence d'une carrière, d'une forêt abondante et de cours d'eau .

     

    Pas loin de vingt ans qu'ils ont commencé et maintenant voilà où ils en sont :

     

     

    Voilà ce que l'on découvre en arrivant sur le site .

     

    Puis l'émerveillement va croissant :

     

     

    Les artisans hautement qualifiés font un travail de titan en respectant les méthodes de construction du Moyen-Age .

     

    Tout est fait sur place . Dans un prochain article, je vous montrerais ces artisans en action !

     

    Retournons donc dans ce château pour continuer notre balade !

     

    Pas de grue moderne bien sûr ! Les charges (souvent très lourdes [350 à 500 kilos !] et peu maniables sont montées à l'aide d'un ingénieux système de cage à écureuil !

     

     

    A l'époque un château se "montait" en 5 à 6 ans suivant le nombre d'ouvriers disponibles ! Celui-ci se fera vraisemblablement en 25 ou 30 ans ! Ben vi ! A l'époque que nenni des 35 heures ! On bossait du lever au coucher du soleil ! Certes le chantier était interrompu pour les fêtes religieuses (nombreuses !) et pendant l'hiver . Pourquoi l'hiver ? Parce que le mortier ne sèche pas en hiver !

     

    Les pierres sont extraites de la carrière, taillées et assemblées selon les ordres du maître d'oeuvre avec les dimensions choisies (toise : hauteur du seigneur commanditaire du château (donc chaque château a sa propre mesure !!!!!) - coudée (idem : la longueur du bras du seigneur) - paume : idem ! etc .... )

     

    Pour simplifier le travail, le maître d'oeuvre avait une sorte d'étalon : une tige de bois soigneusement étalonnée qui devait servir pour tout le chantier . Ce bâton s'appelle la pige . Du coup lorsqu'un nouvel ouvrier arrive sur le chantier on lui fournit une pige pour qu'il s'adapte au chantier qu'il va intégrer . Cela ne vous dit rien ? Ben vi : il a pigé ! Et dans sa carrière l'ouvrier comptait ses piges ! Pas ses années non ! Le nombre de chantiers qu'il avait fréquentés !

     

    Bon revenons à notre Guedelon !

     

    La photo ci-dessus nous montre un échaffaudage à l'ancienne ! Un échaffaudage à boulins . Kezako ? Les trous de boulins sont ces trous que l'on voit également répartis sur le mur : ils servaient à enfoncer des pièces de bois et jambes de force pour supporter la plate-forme de travail . Pourquoi ce système ? Parce que c'est pratique et que une fois le travail terminé, on rebouche le trou de boulin avec une pierre taillée mais que si cela s'avère nécessaire pour une réparation, on peut desceller cette pierre et remonter un échaffaudage ! Futés nos ancêtres !

     

     

    Tout, absolument tout est fait sur place ! La seule contrainte par rapport à l'inspection du travail moderne est que TOUS les intervenants ont des chaussures de sécurité et que les échafaudages sont sécurisés par une visserie moderne (discrète d'ailleurs !) - Ah oui ! Les tours ont des filets aussi ! A l'époque çà ne leur serait même pas venu à l'idée ! 

     

    J'ai appris une chose aussi ! Les tours gardaient leur dernier échaffaudage sur le pourtour pour ajouter un poste de tir pour les archers qui pouvaient tirer sur les téméraires qui se seraient aventurés jusqu'au fossé sec . Fossé pas si sec que çà d'ailleurs car plantés de végétaux épineux voire plus !

     

    Profitons-en pour vous montrer les toilettes . Pourquoi ? Parce que le "contenu" servait aussi à "entretenir" ces végétaux dissuasifs ! Rien ne se perd etc ..... lol !

    Il n'y a pas que les tours ! Voici maintenant l'intérieur avec le corps de logis . Le seigneur y vivait, rendait justice et recevait .

    Quelques détails architecturaux, cela vous tente ?

    Où l'on voit l'utilité des mathématiques ....

    D'ailleurs je vous présente un maître d'oeuvre de cette époque :

    Et j'ai appris que ces bâtisseurs utilisaient une invention encore plus ancienne ! Si si ! La corde à treize noeuds inventée par les égyptiens !

    Treize noeuds et douze intervalles : on peut faire toutes les figures géométriques utiles ! Essayez vous verrez !

    Un peu de déco intérieure maintenant ?

    Ci-dessus la salle pour recevoir : la aula qui donnera plus tard le nom de hall ...

    On y mange, fait la fête et dort . On y rend aussi la justice .

    Volontairement sans plafond pour la majesté du lieu et aussi pour la lumière .

    Fresque de la chambre faite avec des pigments minéraux et végétaux qui donne un résultat sobre et élégant je trouve ...

    Dans un prochain article, je vous parle des artisans et vous montre les ateliers en pleine action !

    A tout bientôt

    Bonne soirée

    Biz de Filmagique

     

     



     

     

     

     

     

     

    Enregistrer

    Enregistrer

    Enregistrer

    « Un p'tit tour au jardin Madame la fée : montage finalCarte de félicitations porte-chèque »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :